La Buveuse d’Absinthe
'La Buveuse d'Absinthe' / 'The (Female) Absinthe Drinker', Maurice Rollinat, 1883.

 


Image: ‘La Buveuse d’Absinthe’ / ‘The (Female) Absinthe Drinker’

Félicien Rops: 1876.

 

 


La Buveuse d’Absinthe

(Au docteur Louis Jullien)

 

 

Elle était toujours enceinte,

Et puis elle avait un air...

Pauvre buveuse d’absinthe !

 

Elle vivait dans la crainte

De son ignoble partner :

Elle était toujours enceinte.

 

Par les nuits où le ciel suinte,

Elle couchait en plein air.

Pauvre buveuse d’absinthe !

 

Ceux que la débauche éreinte

La lorgnaient d’un œil amer :

Elle était toujours enceinte !

 

Dans Paris, ce labyrinthe

Immense comme la mer,

Pauvre buveuse d’absinthe,

 

Elle allait, prunelle éteinte,

Rampant aux murs comme un ver...

Elle était toujours enceinte !

 

Oh ! Cette jupe déteinte

Qui se bombait chaque hiver !

Pauvre buveuse d’absinthe !

 

Sa voix n’était qu’une plainte,

Son estomac qu’un cancer :

Elle était toujours enceinte !

 

Quelle farouche complainte

Dira son hideux spencer !

Pauvre buveuse d’absinthe !

 

Je la revois, pauvre Aminte,

Comme si c’était hier :

Elle était toujours enceinte !

 

Elle effrayait maint et mainte

Rien qu’en tournant sa cuiller ;

Pauvre buveuse d’absinthe !

 

Quand elle avait une quinte

De toux, — oh ! qu’elle a souffert,

Elle était toujours enceinte ! —

 

Elle râlait : « Ça m’esquinte !

Je suis déjà dans l’enfer. »

Pauvre buveuse d’absinthe !

 

Or elle but une pinte

De l’affreux liquide vert :

Elle était toujours enceinte !

 

Et l’agonie était peinte

Sur son œil à peine ouvert ;

Pauvre buveuse d’absinthe !

 

Quand son amant dit sans feinte :

« D’débarras, c’en est un fier !

« Elle était toujours enceinte. »

                      Pauvre buveuse d’absinthe !

 

Maurice Rollinat, Les Névroses, 1883.

 

 

 

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

 

Poor Little Absinthe Drinker

 

She was always pregnant, 

Or so it always seemed... 

Poor little absinthe drinker!

 

She lived in fear 

Of her brutal lover: 

She was always pregnant. 

 

On nights when the sky oozes, 

She lay down beneath the open heavens. 

Poor little absinthe drinker!

 

Those that debauchery exhausts 

Leered at her with a bitter eye: 

She was always pregnant! 

 

In Paris, this labyrinth, 

Immense as the sea, 

Poor little absinthe drinker!

 

She went, dead-eyed, 

Crawling along the walls like a worm... 

She was always pregnant! 

 

Oh! This faded skirt 

Who dragged herself out every winter! 

Poor little absinthe drinker!

 

Her voice was only a murmur, 

In her stomach grew a cancer: 

She was always pregnant! 

 

What shy lament 

Will speak its hideous statement! 

Poor little absinthe drinker!

 

I see her, poor doe-eyed country-girl, again 

As if it were yesterday: 

She was always pregnant! 

 

Frightened more and more 

Of nothing at all, while turning her spoon; 

Poor little absinthe drinker!

 

Once she’d had a pint 

The coughing started, - oh! how she suffered, 

She was always pregnant! - 

 

She bitched: "This is destroying me! 

I am already in Hell! " 

Poor little absinthe drinker!

 

Nonetheless, she drank a pint 

Of the awful green liquid: 

She was always pregnant! 

 

And Agony was painted 

Upon her barely open eye; 

Poor little absinthe drinker!

 

When her lover says, not kidding: 

"You'll abort it, that's for damned sure! 

"She was always pregnant. " 

-      Poor little absinthe drinker!

 

[Traduction Anglaise : Sardonique Schadenfreude Rictus / Dr. Bathybius, 2007]